L’éclairage construit les espaces intérieurs

Comme le disait Le Corbusier : « L’architecture est le jeu, savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière ».

La Villa Savoye à Poissy. Architecte : Le Corbusier. Photo : www.parijs1900.nl

De quelque point de vue que l’on se place, l’éclairage fait partie des murs et sculpte l’espace. On pourrait même dire que la lumière est première et que les murs ne font en réalité que l’occulter. Notre première maison est le monde, notre deuxième est certainement la caverne, entre les deux, lumière immanente ou obscurité presque totale, il nous faut trouver un équilibre. Notre fragilité constitutive nous oblige à nous abriter du froid, de la pluie, et aussi du trop-plein de lumière.

Maison Dogon au Mali. Photo : liliaumali.canalblog.com

Autant la lumière nous est indispensable, comme nous l’avons vu dans l’article La lumière, source de vie, autant, il nous est impossible de vivre continuellement en pleine lumière. Nous avons aussi besoin de parts d’ombres et d’obscurité, c’est pourquoi nous construisons des toits et des murs, pour nous abriter de la lumière. Mais ces murs sont des écrans, percés ou non, qui sculptent l’espace ; orientent notre regard et déterminent nos activités. L’architecte est bien celui qui dessine les espaces dans lesquels nous allons vivre, et il le fait avec des vides (les baies et les ouvertures) et des pleins (les murs).

La lumière crée l’espace

En ce sens, la lumière est bien un élément constitutif de l’espace, non un élément de décoration. D’ailleurs, elle fait partie intégrante des murs, en tout cas pour ce qui concerne la lumière naturelle, puisqu’elle apparaît dans les espaces vides. On pourrait dire que la lumière est l’élément complémentaire des murs. Quant à la lumière artificielle, elle ne fait qu’imiter, remplacer, palier aux manques de la lumière naturelle, rarement la transcender. Il est donc essentiel de réfléchir et de concevoir l’éclairage au moment de la conception de l’espace lui-même. Il est évidemment difficile et coûteux de modifier ou de rajouter une baie, une fenêtre, mais cela vaut parfois le coup de se poser la question et d’en évaluer le coût (sans jeu de mots).

Décoration intérieure et photographie de l’auteur.

La deuxième contrainte pour l’utilisation de la lumière artificielle est souvent le problème des branchements électriques, qui ne sont pas toujours prévus ni adaptées. Sans refaire toute l’électricité, nous verrons qu’il existe des solutions. Il faut bien avoir conscience que les éléments plaqués et rajoutés au dernier moment ne sont pas forcément esthétiques et souvent difficiles à intégrer dans la pièce. Je pense à ces affreux lampadaires qui ne s’intègrent plus dès que l’on change de meubles, qui éclairent mal et qui prennent de la place. Mais les lampes à abat-jours qui obligent la présence d’une table pour les poser ne sont pas mieux loties.

C’est pourquoi l’éclairage est essentiel dans tout projet d’architecture ou de décoration intérieure, et il faut se poser la question le plus en amont possible, qu’il s’agisse de travaux de rénovation ou de décoration. L’éclairage est évidemment  un des éléments clé du projet.

 

Partager l'article sur les réseaux :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*