Luminothérapie et rythme circadien.

Suite à la question des bienfaits de la luminothérapie pour traiter la dépression hivernale que nous avons abordée dans La lumière, source de vie et de bonne humeur, nous allons voir comment la lumière est associée à l’ancrage des rythmes circadiens.

La luminothérapie dans les pays nordiques.

Tous les pays nordiques comme la Suède et la Scandinavie utilisent couramment la luminothérapie pour prévenir ou guérir la dépression hivernale. En effet, la durée d’ensoleillement est nettement moindre que chez nous, et la carence en rayons lumineux solaire peut entraîner des troubles allant de l’humeur maussade jusqu’à la dépression profonde. Ils utilisent des lampes reproduisant au plus près possible le spectre de la lumière solaire (voir indice de rendu des couleurs), et d’une intensité suffisante. Une compagnie d’électricité suédoise a même équipée une trentaine d’arrêts de bus de lampe de luminothérapie. Ce qui permettrait de donner un petit coup de boost aux employés avant d’aller travailler.

Il s’avère aussi que les habitants des pays nordiques comme la Norvège ou la Finlande ont des intérieurs extrêmement bien éclairés pour palier au manque de lumière, et prévenir la dépression hivernale. Mais ce n’est évidemment pas suffisant, il faut également avoir une bonne hygiène de vie, pratiquer un sport, manger des poissons gras, bonne source d’omega 3 et de vitamine D. (source ici)

L’explication scientifique de la luminothérapie.

Les mécanismes physiques permettant d’expliquer ce phénomène n’ont pas encore été déterminés avec précision. Le lien entre le manque de luminosité et les Troubles Affectifs Saisonniers a été mis en avant par le Docteur Norman E. Rosenthel dans une étude publiée en 1984. Mais l’ensemble du mécanisme n’est pas encore entièrement élucidé.

De quelle manière sommes-nous liés à la lumière, peut-être que le lien est beaucoup plus profond que nous ne le pensons ?

Il apparaît en tout cas que la lumière est un des éléments essentiels qui nous permet de nous ancrer et de stabiliser notre rythme circadien.

Mais qu’est-ce que le rythme circadien ?

Le rythme circadien regroupe l’ensemble des rythmes biologiques qui agissent pendant une durée approximative d’une journée. Le terme « circadien », inventé par Franz Halberg, vient du latin circa, « autour», et dies, « jour », et signifie littéralement cycle qui dure « environ un jour ». (cf wikipedia).

Cycle circadien – Source : my-unilux.com

En effet, notre rythme circadien est la gestion interne de nombreux cycles biologiques, aussi divers et indispensables que :

  • Les rythmes de veille/sommeil,
  • les variations de la température corporelle,
  • les niveaux de production hormonale, et notamment la production de l’hormone de croissance ;
  • la pousse des cheveux ;
  • le métabolisme cellulaire,
  • etc.

Comment ces rythmes sont-ils régulés ? Il est assez difficile de le dire, mais la lumière intervient de manière extrêmement importante dans le phénomène.

Les rythmes circadiens sont donc des cycles biochimiques, physiologiques et comportementaux qui oscillent selon une périodicité d’environ 24 heures. Ils sont coordonnés par un phénomène moléculaire situé dans une zone spécialisés des neurones proche de l’hypothalamus et de la glande pinéale appelée noyau suprachiasmatique. Cette horloge demeure synchronisée avec l’alternance du jour et de la nuit par l’entremise de cellules rétiniennes spécialisées. (source ici)

Rythme circadien et éclairage.

Malheureusement le rythme circadien interne n’est pas tout à fait de 24 heures. Il est donc nécessaire de le synchroniser quotidiennement. Et l’organisme le fait en se calant sur les alternances et les variations de la lumière solaire, jour/nuit. C’est pourquoi il est important de pouvoir dormir dans un noir le plus complet possible. Cela évite de perturber ce rythme circadien.

Car cela peut avoir d’autres conséquences que la dépression, à savoir des troubles du sommeil, mais aussi de la digestion. Il est même possible de rajouter un masque de nuit, si vous n’arrivez pas à masquer toutes les sources lumineuses. Votre sommeil en sera amélioré d’autant. Il est ensuite conseillé d’augmenter progressivement l’intensité de l’éclairage lumineux le matin. Et inversement le soir, où il faut le diminuer progressivement de manière à imiter au plus près le rythme et la physiologie de la lumière solaire.

Les systèmes de LED ne sont pas forcément les plus conformes au spectre solaire utilisé en luminothérapie. Mais certains permettent de faire varier l’intensité par un simple bouton, pour l’éveil et l’endormissement. Ce qui est particulièrement conseillé pour les enfants.

Alors, c’est la saison pour commencer une cure de luminothérapie, n’est-ce pas ? Soyez les premiers à nous faire part de votre expérience.

Partager l'article sur les réseaux :
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*